Zakariae Lhadj Kacem : La compétition internationale du CFA Research Challenge est un évènement avec un retentissement exceptionnel

Président de l’Investment Analysts Society of North Africa Le Maroc intègre pour la première fois la liste des pays participants à la compétition internationale du CFA Research Challenge. Dans cet entretien, Zakariae Lhadj Kacem, président de l’Association IASNA (Investment Analysts Society of North Africa) revient sur la compétition, ainsi que le bilan et les ambitions de l’association. Libé : Pourriez-vous nous parler du CFA Research Challenge ? Zakariae Lhadj Kacem : Tout d’abord, le CFA Research Challenge est une compétition mondiale d’analyse et de recherche financière. Des équipes de 3 à 5 étudiants concourent pour représenter dans un premier temps leur université et par la suite leur pays. C’est un évènement avec un retentissement exceptionnel. L’édition de l’année dernière a rassemblé plus de 6.400 étudiants-participants, représentant plus de 1.100 universités de 98 pays. Le Maroc intègre cette année pour la première foisla liste des pays participants. Les bénévoles de l’IASNA sont extrêmement fiers de gérer à l’échelle locale la compétition. Pour des raisons sanitaires évidentes, nous organisons cette année la compétition au Maroc de manière virtuelle. Quelles sont les universités marocaines qui participent à cette première édition du CFA Research Challenge au Maroc ? Et comment fonctionne la compétition ? Cette année, nous avons trois équipes marocaines en lice. Ces équipes représentent l’Université Al Akhawayn d’Ifrane, l’ENSIAS de Rabat et l’ISCAE de Casablanca. Chaque équipe devra produire un rapport approfondi sur le titre d’une société cotée en bourse et remettra sa conclusion sous la forme d’une recommandation d’achat, de vente, ou de conservation.Chaque équipe soutiendra ensuite sa thèse d’investissement devant un jury d’experts marocains. Cet événement constitue une occasion éducative unique pour les étudiants d’appliquer en situation réelle ce qu’ils ont appris en classe, tout en respectant les standards d’éthique professionnelle les plus avancés. Chaque équipe bénéficie des conseils et du soutien d’un conseiller pédagogique et d’un encadrant professionnel. L’équipe marocaine gagnante au niveau local accédera à la compétition au niveau de l’ensemble sous-régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord, qui se tiendra en mars 2021. Cette équipe devra soutenir sa recommandation d’investissement devant un jury international. Les équipes ayant remporté les compétitions sous-régionales se qualifieront au niveau régional. Et la finale mondiale aura lieu le 22 avril 2021. Pour illustrer cela avec des chiffres de l’édition dernière, sur plus de 1.100 équipes participantes, seules 5 sont parvenues au stade de la finale mondiale.Et bien entendu, une seule a remporté le titre de championne du monde : l’équipe australienne de l’Université de Sydney. Qu’est-ce qui a motivé cette première participation du Royaume à une compétition planétaire de cette envergure? Cette compétition internationale existe depuis 2007. Donc, la question à se poser serait plutôt de savoir pourquoi notre pays n’a pas présenté d’équipe au CFAResearchChallenge avant cette année. Une des raisons de la non-participation du Maroc était l’absence d’une association locale partenaire du CFA Institute.En effet, l’organisation de la compétition au niveau d’un pays doit se faire par des bénévoles de l’association locale. Pour rappel, notre association IASNA a été créée en mars 2019. Vous avez organisé en septembre 2019 une conférence sur “Le futur de la finance au Maroc : expertise et professionnalisme via le programme CFA”. Quel bilan tirez-vous de l’activité de l’association ? Avant de vous répondre sur le bilan, permettez-moi de dire que la conférence de 2019, coorganisée avec le CFA Institute, nous a permis de mettre en avant la mission de l’Association IASNA auprès de la communauté de l’industrie financière marocaine. Quatorze mois après cette conférence, notre mission demeure la même, à savoir bâtir une culture d’éthique et d’excellence professionnelle. Concernant le bilan de l’Association IASNA, je pense qu’il est extrêmement positif malgré le contexte sanitaire, car nous avons su réagir très vite. En effet, dès les premières semaines du confinement nous avons mis en place un ensemble de séminaires virtuels. L’association IASNA a ainsi donné à titre gracieux des séances de coaching et de préparation pour les personnes inscrites aux examens du CFA Institute Investment Foundations Program®.Nous avons ensuite tout mis en œuvre pour que le Maroc participe pourla première fois de son histoire au CFA Research Challenge. Nous travaillons en partenariat avec des établissements de l’enseignement supérieur marocain pour les accompagner dans l’intégration des composantes du CFAProgram® au sein de leur programme académique. Quelles sont les perspectives du CFA Institute Research Challenge au Maroc ? En ce moment, la compétition locale est en cours de déroulement, et nous annonceron

Zakariae Lhadj Kacem : La compétition internationale du CFA Research Challenge est un évènement avec un retentissement exceptionnel
Président de l’Investment Analysts Society of North Africa
Zakariae Lhadj Kacem : La compétition internationale du CFA Research Challenge est un évènement avec un retentissement exceptionnel
Le Maroc intègre pour la première fois la liste des pays participants à la compétition internationale du CFA Research Challenge. Dans cet entretien, Zakariae Lhadj Kacem, président de l’Association IASNA (Investment Analysts Society of North Africa) revient sur la compétition, ainsi que le bilan et les ambitions de l’association.

Libé : Pourriez-vous nous parler du CFA Research Challenge ?
Zakariae Lhadj Kacem :
Tout d’abord, le CFA Research Challenge est une compétition mondiale d’analyse et de recherche financière. Des équipes de 3 à 5 étudiants concourent pour représenter dans un premier temps leur université et par la suite leur pays. C’est un évènement avec un retentissement exceptionnel. L’édition de l’année dernière a rassemblé plus de 6.400 étudiants-participants, représentant plus de 1.100 universités de 98 pays. Le Maroc intègre cette année pour la première foisla liste des pays participants. Les bénévoles de l’IASNA sont extrêmement fiers de gérer à l’échelle locale la compétition. Pour des raisons sanitaires évidentes, nous organisons cette année la compétition au Maroc de manière virtuelle.

Quelles sont les universités marocaines qui participent à cette première édition du CFA Research Challenge au Maroc ? Et comment fonctionne la compétition ?
Cette année, nous avons trois équipes marocaines en lice. Ces équipes représentent l’Université Al Akhawayn d’Ifrane, l’ENSIAS de Rabat et l’ISCAE de Casablanca. Chaque équipe devra produire un rapport approfondi sur le titre d’une société cotée en bourse et remettra sa conclusion sous la forme d’une recommandation d’achat, de vente, ou de conservation.Chaque équipe soutiendra ensuite sa thèse d’investissement devant un jury d’experts marocains. Cet événement constitue une occasion éducative unique pour les étudiants d’appliquer en situation réelle ce qu’ils ont appris en classe, tout en respectant les standards d’éthique professionnelle les plus avancés. Chaque équipe bénéficie des conseils et du soutien d’un conseiller pédagogique et d’un encadrant professionnel. L’équipe marocaine gagnante au niveau local accédera à la compétition au niveau de l’ensemble sous-régional, Moyen-Orient et Afrique du Nord, qui se tiendra en mars 2021. Cette équipe devra soutenir sa recommandation d’investissement devant un jury international. Les équipes ayant remporté les compétitions sous-régionales se qualifieront au niveau régional. Et la finale mondiale aura lieu le 22 avril 2021. Pour illustrer cela avec des chiffres de l’édition dernière, sur plus de 1.100 équipes participantes, seules 5 sont parvenues au stade de la finale mondiale.Et bien entendu, une seule a remporté le titre de championne du monde : l’équipe australienne de l’Université de Sydney.

Qu’est-ce qui a motivé cette première participation du Royaume à une compétition planétaire de cette envergure?
Cette compétition internationale existe depuis 2007. Donc, la question à se poser serait plutôt de savoir pourquoi notre pays n’a pas présenté d’équipe au CFAResearchChallenge avant cette année. Une des raisons de la non-participation du Maroc était l’absence d’une association locale partenaire du CFA Institute.En effet, l’organisation de la compétition au niveau d’un pays doit se faire par des bénévoles de l’association locale. Pour rappel, notre association IASNA a été créée en mars 2019.

Vous avez organisé en septembre 2019 une conférence sur “Le futur de la finance au Maroc : expertise et professionnalisme via le programme CFA”. Quel bilan tirez-vous de l’activité de l’association ?
Avant de vous répondre sur le bilan, permettez-moi de dire que la conférence de 2019, coorganisée avec le CFA Institute, nous a permis de mettre en avant la mission de l’Association IASNA auprès de la communauté de l’industrie financière marocaine. Quatorze mois après cette conférence, notre mission demeure la même, à savoir bâtir une culture d’éthique et d’excellence professionnelle. Concernant le bilan de l’Association IASNA, je pense qu’il est extrêmement positif malgré le contexte sanitaire, car nous avons su réagir très vite. En effet, dès les premières semaines du confinement nous avons mis en place un ensemble de séminaires virtuels. L’association IASNA a ainsi donné à titre gracieux des séances de coaching et de préparation pour les personnes inscrites aux examens du CFA Institute Investment Foundations Program®.Nous avons ensuite tout mis en œuvre pour que le Maroc participe pourla première fois de son histoire au CFA Research Challenge. Nous travaillons en partenariat avec des établissements de l’enseignement supérieur marocain pour les accompagner dans l’intégration des composantes du CFAProgram® au sein de leur programme académique.

Quelles sont les perspectives du CFA Institute Research Challenge au Maroc ?
En ce moment, la compétition locale est en cours de déroulement, et nous annoncerons le nom de l’équipe championne du Maroc en février 2021. Nous souhaitons que cette dernière livre une bonne performance lors de la compétition au niveau sous-régional. Nous sommes parmi les premiers pays africains francophones à avoir organisé localement la compétition du CFA Research Challenge. Nous vous rappelons que IASNA ne soufflera sa deuxième bougie qu’en mars prochain, et à ce moment-là, l’équipe marocaine qualifiée sera en pleine compétition au niveau de l’ensemble du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord. L’année prochaine, nous avons l’ambition d’élargir le nombre d’universités marocaines participantes au CFA Research Challenge, et nous ambitionnons également que le travail d’analyse des étudiants-participants portera sur une ou plusieurs des sociétés marocaines cotées à la Bourse de Casablanca. Nous comptons sur la qualité de l’enseignement supérieur, le travail de fonds de l’association, et l’intérêt grandissant des étudiants pour hisser à moyen terme au plus haut niveau les couleurs du Royaume. Les personnes et les entités intéressées désireuses de rejoindre la prochaine édition peuvent d’ores et déjà nous écrire à l’adresse suivante : iasnaMorocco@gmail.com.