Tunisie : Exode rural, et des villes qui étouffent

Aujourd’hui, 55 % de la population mondiale, soit 4,2 milliards d’habitants, vivent en ville. Selon les projections des Nations unies, d’ici 2050, la population des villes s’accroîtra de quelques 2,5 milliards de personnes et le nombre de citadins devrait doubler avec 7 personnes sur 10 qui vivront en milieu urbain. En Tunisie, entre 2008 et […]

Tunisie : Exode rural, et des villes qui étouffent

ville urbanisationAujourd’hui, 55 % de la population mondiale, soit 4,2 milliards d’habitants, vivent en ville. Selon les projections des Nations unies, d’ici 2050, la population des villes s’accroîtra de quelques 2,5 milliards de personnes et le nombre de citadins devrait doubler avec 7 personnes sur 10 qui vivront en milieu urbain.

En Tunisie, entre 2008 et 2018, le taux d’urbanisation est passé de 66% à 69% avec comme caractéristique trois traits majeurs :

  • tout d’abord la primatie de la capitale Tunis,
  • ensuite la faiblesse des villes moyennes,
  • la pléthore des petites villes.

En consommant toujours plus d’espace, cette urbanisation a désorganisé la trame foncière, perturbé et enlaidi les paysages naturels et ruraux, tout en s’accompagnant d’une demande additionnelle de logements, d’infrastructures et de services, aggravée par les problèmes de circulation, de pollution, de consommation énergétique et d’inégalités sociales.

Les conséquences sont donc multiples et souvent négatives :

• consommation de terres agricoles,
• sous-équipement des villes en services public,
• développement de l’habitat spontané,
• croissance du chômage,
• congestionnement des villes avec la multiplication des déplacements, sans compter le nombre de personnes d’origine africaine qui trouve refuge dans les zones urbaines,
• nouvelle urbanité liée aux valeurs des néo citadins mais aussi marquée par les évènements (par exemple, l’avenue Bourguiba, à Tunis, est passée d’un espace surveillé en 2010 à un espace public de rencontres en 2011 puis à un espace de conflits), et
• tensions lors des crises : la pandémie de COVID-19 a révélé la manière dont les villes sont capables de gérer les situations extrêmes.

Cette urbanisation peut-elle favoriser une croissance durable?
– Les smart Cities permettront -elles de garantir le bon fonctionnement des services et commodités tout en faisant face aux problèmes de changements climatiques, de pollution?
– Comment favoriser le lien social?
– Comment concevoir une urbanité à laquelle les habitants adhèrent pleinement ?
– Face à la ségrégation résidentielle et la précarité, quel système de gouvernance urbaine préconiser ?

C’est pour débattre de toutes ces questions que le Forum de l’Académie politique et la Fondation Konrad Adenauer Stiftung appellent chercheurs et décideurs à prendre part au 8ème Colloque international qui sera organisé les 27 et 28 octobre 2022 à Tunis.

Ces journées visent à ouvrir un espace de dialogue interdisciplinaire et international autour des thématiques suivantes :

– Urbanisation et risques (exode rural, migration, inégalités, pauvreté…)
– Urbanisation et environnement (Pollution, destruction, dégradation…)
– Urbanisation et santé publique
– Urbanisation et accès au foncier et au logement
– Gouvernance urbaine (politique, gestion, éducation, genre, sécurité alimentaire…)
– Urbanisation et développement durable (transport, secteur informel, nouvelles technologies…).

Comité scientifique :

Mme Hayet Doghri

Pr Zeineb Ben Ammar Mamlouk

Mme Amel HLEL,

Pr. Mohamed-El Aziz BEN ACHOUR

Abbès MOHSEN

Comité d’Organisation : Le Forum de l’Académie Politique (FOAP) forumdelacademiepolitique@gmail.com