Retraites : Riester admet que les femmes seront «un peu pénalisées», la gauche ironise

Le ministre chargé des Relations avec le Parlement français Franck Riester a reconnu que les femmes seraient «un peu pénalisées» par la réforme des retraites. Une déclaration qui est loin d'être passée inaperçue à gauche.

Jan 24, 2023 - 17:13
 0
Retraites : Riester admet que les femmes seront «un peu pénalisées», la gauche ironise

La gauche a ironisé ce 24 janvier sur les propos du ministre Franck Riester, qui a admis la veille sur LCP que les femmes seraient «un peu pénalisées» par le report de l'âge légal de départ à la retraite. «On n'en disconvient absolument pas», avait ajouté le ministre des Relations avec le Parlement sur Public Sénat. Il avait au passage rappelé que «les trimestres par enfant ne jouent pas sur le report de l'âge, ils jouent sur la durée de cotisation». 

«Même le gouvernement finit par reconnaître que les femmes seront "pénalisées" par le report de l'âge légal. Plus les jours passent et plus tout démontre l’injustice de ce projet», a twitté le premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

«Décidément, la macronie est aux abois : écoutez-le, on n'aurait pas dit mieux», s'est exclamé l'eurodéputée LFI Manon Aubry.

«Si c’est un ministre du gouvernement qui le dit…», a renchéri sur le réseau social l'ancien ministre socialiste Guillaume Garot. 

«A diplôme égal, à expérience équivalente, les femmes gagnent moins. Elles ont des carrières trouées, des temps partiel imposés… Elles ont donc des pensions de retraite plus faibles. Et si cette réforme passe, elles devront travailler plus longtemps… Tout le temps pénalisées», a pour sa part jugé la conseillère régionale communiste Céline Malaisé.  

«Comment ça !? Les femmes qui ont plus de carrières hachées et de moins bons salaires que les hommes risquent d'y perdre avec l'augmentation de la durée nécessaire de cotisation et le recul de l'âge de la retraite, quelle surprise !!», a vilipendé l'économiste de gauche Thomas Porcher, toujours sur le réseau social.

Répondant à cette avalanche de critiques, le porte-parole de Renaissance Loïc Signor a estimé que les opposants à la réforme portée par le gouvernement, qui recule notamment de deux ans l'âge de départ à la retraite, «ne veulent pas corriger le système actuel... Et pourtant il creuse les écarts de pensions entre hommes et femmes». 

«Notre réforme va enfin les réduire. Nous l'assumons. Et nous en sommes même fiers !», a-t-il tweeté.