Rentrée scolaire en présentiel ou à distance: Contrairement à l'OSUI, l'AEFE n'aurait pas encore tranché

Alors qu'un lycée relevant de la mission française privée au Maroc vient d'annoncer son intention de généraliser l'enseignement présentiel durant la prochaine rentrée, avec l'enseignement à distance comme option exceptionnelle, un message attribué à l'AEFE dont relèvent les missions françaises publiques annonce que celles-ci n'ont encore rien décidé. Sans doute en écho à notre article annonçant le choix par le Lycée Français International André Malraux (LFIAM) de Rabat d'un système pédagogique basé sur l'enseignement présentiel en tant que règle et à distance en tant qu'exception, un message relayé en masse  sur WhatsApp parmi les groupes de parents d'élèves de la mission française au Maroc informe que: "Le réseau des écoles françaises au Maroc étudie actuellement les différents scénarios de la rentrée à venir, en pleine coordination avec les autorités marocaines. Nous communiquerons dès que possible sur les modalités adoptées". Signé par l'Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger (AEFE), le message en question ne comporte aucune autre indication. Ce qui ne permet pas sa datation. Nous avons essayé de joindre l'AEFE et le Service de Coopération et d'Action Culturelle (SCAC) relevant de l'ambassade française au Maroc pour authentifier ce message et obtenir plus de détails concernant la prochaine rentrée , mais sans succès. Il est à rappeler que l'OSUI qui regroupe plusieurs établissements français à gestion privée s'est déjà prononcé sur cette question en instituant un système à l'extrême opposée de celui établi dernièrement par le ministère marocain de l'éducation nationale et dans lequel l'enseignement présentiel a été défini comme l'exception à la règle d'un système d'enseignement à distance généralisé. (voir également notre éditorial consacré à ce sujet)   "Le réseau des établissements scolaires d'enseignement français au Maroc est l’un des plus denses au monde. Il totalisait à la rentrée 2019, près de 43 500 élèves, dont plus de 70 % sont marocains, dans 44 établissements couvrant les principales villes du Maroc, dans tous les niveaux d'enseignement", peut-on lire sur le site du SCAC. Que ce soit ceux de l'AEFE ou de l'OSUI, es établissements de ce réseau font sans distinction partie du réseau des établissements français à l’étranger, indépendamment de leur gestion publique ou privée. Ils bénéficient de ce fait de l'homologation du ministère français de l'Education nationale et dispensent un enseignement conforme aux programmes français. Ce qui laisse planer de nombreuses interrogations quant à cette différence de posture vis-à-vis de la prochaine rentrée scolaire au Maroc, ceci au cas où le message suscité attribué à l'AEFE serait véridique. Affaire à suivre donc. 

Alors qu'un lycée relevant de la mission française privée au Maroc vient d'annoncer son intention de généraliser l'enseignement présentiel durant la prochaine rentrée, avec l'enseignement à distance comme option exceptionnelle, un message attribué à l'AEFE dont relèvent les missions françaises publiques annonce que celles-ci n'ont encore rien décidé.
Rentrée scolaire en présentiel ou à distance: Contrairement à l'OSUI, l'AEFE n'aurait pas encore tranché
Sans doute en écho à notre article annonçant le choix par le Lycée Français International André Malraux (LFIAM) de Rabat d'un système pédagogique basé sur l'enseignement présentiel en tant que règle et à distance en tant qu'exception, un message relayé en masse  sur WhatsApp parmi les groupes de parents d'élèves de la mission française au Maroc informe que: "Le réseau des écoles françaises au Maroc étudie actuellement les différents scénarios de la rentrée à venir, en pleine coordination avec les autorités marocaines. Nous communiquerons dès que possible sur les modalités adoptées".

Signé par l'Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger (AEFE), le message en question ne comporte aucune autre indication. Ce qui ne permet pas sa datation. Nous avons essayé de joindre l'AEFE et le Service de Coopération et d'Action Culturelle (SCAC) relevant de l'ambassade française au Maroc pour authentifier ce message et obtenir plus de détails concernant la prochaine rentrée , mais sans succès.

Il est à rappeler que l'OSUI qui regroupe plusieurs établissements français à gestion privée s'est déjà prononcé sur cette question en instituant un système à l'extrême opposée de celui établi dernièrement par le ministère marocain de l'éducation nationale et dans lequel l'enseignement présentiel a été défini comme l'exception à la règle d'un système d'enseignement à distance généralisé. (voir également notre éditorial consacré à ce sujet)
 
"Le réseau des établissements scolaires d'enseignement français au Maroc est l’un des plus denses au monde. Il totalisait à la rentrée 2019, près de 43 500 élèves, dont plus de 70 % sont marocains, dans 44 établissements couvrant les principales villes du Maroc, dans tous les niveaux d'enseignement", peut-on lire sur le site du SCAC.

Que ce soit ceux de l'AEFE ou de l'OSUI, es établissements de ce réseau font sans distinction partie du réseau des établissements français à l’étranger, indépendamment de leur gestion publique ou privée. Ils bénéficient de ce fait de l'homologation du ministère français de l'Education nationale et dispensent un enseignement conforme aux programmes français.

Ce qui laisse planer de nombreuses interrogations quant à cette différence de posture vis-à-vis de la prochaine rentrée scolaire au Maroc, ceci au cas où le message suscité attribué à l'AEFE serait véridique. Affaire à suivre donc. 

Rentrée scolaire en présentiel ou à distance: Contrairement à l'OSUI, l'AEFE n'aurait pas encore tranché