Rached Khiari: « Je peux renoncer à l’immunité et au parlement, mais je ne peux pas renoncer à la condamnation du crime commis contre le prophète »

Sur son compte personnel facebook, le député Rached Khiari a commenté samedi la décision du parquet au pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme d’enquêter sur le message qu’il a publié et qui « peut constituer une glorification et une éloge » pour le crime terroriste qui a eu lieu vendredi soir à Conflans, près de la […]

Rached Khiari: « Je peux renoncer à l’immunité et au parlement, mais je ne peux pas renoncer à la condamnation du crime commis contre le prophète »
Sur son compte personnel facebook, le député Rached Khiari a commenté samedi la décision du parquet au pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme d’enquêter sur le message qu’il a publié et qui « peut constituer une glorification et une éloge » pour le crime terroriste qui a eu lieu vendredi soir à Conflans, près de la capitale française, Paris.
Un professeur d’histoire qui a récemment donné un cours à ses élèves sur la liberté d’expression et avait montré les caricatures du prophète Mohammad, a été décapité par un jeune Tchéchène.
Khiari écrit en effet: « Il est possible que je renonce à mon immunité et au parlement, mais je ne renoncerai pas à ma condamnation du crime d’insulter le Messager de Dieu, le prophète Mohamed, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix. »
« Mohamed, le Messager de Dieu, est plus important et plus grand que la gloire, le parlement, la politique et le monde entier », souligne le député.
Notons que le procureur adjoint et chef du service des médias et de la communication au tribunal de première instance de Tunis, Mohsen Daly a indiqué ce samedi 17 octobre que le procureur du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme s’est engagé à enquêter sur un message publié sur les réseaux sociaux et attribué au député Rached Khiari qui constitue « une glorification et un éloge » d’un crime terroriste commis près de la capitale française, Paris.
H.A.