Opération « Mar Verde », échos lusophones (3/3): Après l’opération

Le 22 novembre 1970, une coalition rassemblant des combattants portugais et des opposants guinéens débarquait à Conakry pour essayer de renverser le régime guinéen, neutraliser la rébellion bissau-guinéenne du PAIGC et libérer des prisonniers portugais qu’elle avait capturés. La mémoire guinéenne a baptisé cet épisode « l’agression portugaise ». Les responsables portugais de l’opération l’ont baptisée Mer Verte, « Mar Verde ». Le service lusophone de RFI est reparti sur les traces portugaises et bissau-guinéennes de cette histoire. Dans ce troisième et dernier volet, nous revenons sur le récit d’un témoin exceptionnel, la veuve d’Amilcar Cabral et sur les suites de l’opération. 

Opération « Mar Verde », échos lusophones (3/3): Après l’opération
Le 22 novembre 1970, une coalition rassemblant des combattants portugais et des opposants guinéens débarquait à Conakry pour essayer de renverser le régime guinéen, neutraliser la rébellion bissau-guinéenne du PAIGC et libérer des prisonniers portugais qu’elle avait capturés. La mémoire guinéenne a baptisé cet épisode « l’agression portugaise ». Les responsables portugais de l’opération l’ont baptisée Mer Verte, « Mar Verde ». Le service lusophone de RFI est reparti sur les traces portugaises et bissau-guinéennes de cette histoire. Dans ce troisième et dernier volet, nous revenons sur le récit d’un témoin exceptionnel, la veuve d’Amilcar Cabral et sur les suites de l’opération.