Mort de la chanteuse marocaine Haja Hamdaouia : C’était une diva très aimée en Algérie

La grande dame de la chanson marocaine, Haja ( ou Hajja) Hamdaouia est décédée hier, lundi5 avril, à 1h du matin, à l’hôpital Cheikh Zyad, à Rabat(Maroc).   L’article Mort de la chanteuse marocaine Haja Hamdaouia : C’était une diva très aimée en Algérie est apparu en premier sur El Watan.

Mort de la chanteuse marocaine Haja Hamdaouia : C’était une diva très aimée en Algérie
Haja Hamdaouia

La grande dame de la chanson marocaine, Haja ( ou Hajja) Hamdaouia est décédée hier, lundi5 avril, à 1h du matin, à l’hôpital Cheikh Zyad, à Rabat(Maroc).  

A l’issue d’un long combat contre le cancer.  Elle avait 91 ans. Elle était célèbre de par ses hits  Daba Yji, Jiti Majiti, Dada Ou Hiyani, Mal Hbibi Liya,  El Aâr ya Aâr au Maghreb notamment en Algérie où elle avait effectuée de longues tournées aux quatre coins du pays. Haja Hamdaouia, respectée,  était  une grande amie de l’Algérie. Elle aimait les chansons émouvantes de Cheb Hasni

Grande amie de l’Algérie

Haja Hamdaouia ou encore parfois transcrit « Hajja Hamdawiya » est marocaine née en 1930 à Derb Seltan, un quartier populaire de Casablanca.

Cette artiste authentique a largement contribué au succès de la chanson populaire. Dans les années 50, à l’époque où le chant de la «Aïta Marsaouiya », sorte de blues des plaines côtières dans la région de Casablanca qui était dominé à l’époque par les femmes.

Il est malheureusement associé au divertissement parfois « amoral », car les biens pensants l’assimilent à l’érotisme et à la sexualité.

Il est peut-être utile de rappeler qu’à l’origine, l’«ta» est un appel de ralliement, qu’elle est en rapport avec les pleurs et les joies et reflète une poésie digne de ce nom, un écho des joies et soucis du quotidien et du mektoub (destin) des êtres humains et et de la mémoire collective du peuple.

Les origines de cette musique de la plaine se situe au confins des fêtes familiales et des traditions tribales. Elle a donc choisi l’«aïta» comme référence musicale majeure, recueillant ainsi les rythmes et paroles héritées de l’aïta dite « Al Marsawiya«  de la région de Casablanca.

Mais Hajja Hamdaouia en a fait un art avec une centaine de titres à son actif, en demeurant  la chanteuse de «marsaoui» la plus prolifique et la plus adulée et sans aucun doute la plus célèbre ambassadrice de ce genre musical populaire au Maghreb et bien sûr en Algérie.

L’article Mort de la chanteuse marocaine Haja Hamdaouia : C’était une diva très aimée en Algérie est apparu en premier sur El Watan.