Leopard 2 : le Kremlin met en garde contre l’envoi de chars allemands à l'Ukraine

Le porte-parole de la présidence russe a estimé ce 24 janvier que des livraisons de chars Leopard 2 aux forces ukrainiennes laisseraient «inévitablement leur marque sur les relations futures» entre Moscou et Berlin.

Jan 24, 2023 - 20:03
 0
Leopard 2 : le Kremlin met en garde contre l’envoi de chars allemands à l'Ukraine

Des chars Leopard 2 bientôt en Ukraine ? Ce 24 janvier, Boris Pistorius, le tout nouveau ministre allemand de la Défense, lors d’une conférence de presse aux côtés du secrétaire général de l’OTAN, a annoncé que les pays partenaires disposant de tels blindés pouvaient débuter la formation de soldats ukrainiens à leur maniement.

«Comme je l'ai souligné à Ramstein, j’ai expressément encouragé les pays partenaires qui disposent de chars Leopard prêts à être déployés à commencer à former les forces ukrainiennes sur ces blindés», a ainsi déclaré le ministre allemand. Celui-ci a précisé que la «situation n’avait pas changé» concernant la «question des chars Leopard» et qu’il s’attendait toujours à ce que Berlin rende «prochainement» sa décision quant aux demandes de réexportation vers l’Ukraine des Leopard 2 acquis par d’autres pays.

Des déclarations sur lesquelles est revenu le porte-parole du Kremlin, interrogé par la presse sur l’évolution des relations germano-russes en cas d’approbation d’une telle livraison d’armes à l’Ukraine. «Les relations sont déjà au plus bas, il n’y a pas de dialogue substantiel avec l’Allemagne ou avec d’autres pays de l’UE et de l’OTAN en ce moment», a déclaré Dimitri Peskov. Avant de poursuivre : «Disons qu’il est certain que de tels approvisionnements ne sont pas de bon augure pour l’avenir des relations. Ils laisseront inévitablement leur marque sur les relations futures.»

Chars lourds : Scholz sous pression, de toutes parts

Plus tôt dans la matinée, le ministre polonais de la Défense avait annoncé sur Twitter que Varsovie avait officiellement demandé à Berlin de l’autoriser à réexporter ses Leopard 2 vers l’Ukraine. Dans un entretien publié le 22 janvier, le chef du gouvernement polonais avait averti qu’il était prêt à se passer de tout feu vert allemand pour livrer ces chars à l’Ukraine.

Le même jour, la ministre allemande des affaires étrangères Annalena Baerbock déclarait à la télévision française que son pays ne «s’opposerait pas» à une demande polonaise de livrer des Leopard 2 à Kiev. Celle-ci assurait alors que pour l’heure la Pologne n’en avait pas fait la demande officielle. Toujours le 22 janvier, Emmanuel Macron déclarait lors d’une conférence de presse commune avec Olaf Scholz que «rien n’est exclu» concernant l’envoi de chars Leclerc en Ukraine, mais que cela «s’apprécie collectivement.»

De la presse américaine jusqu’au sein même de sa coalition qui regroupe des sociaux-démocrates, des Verts et des libéraux, le chancelier allemand est sous pression pour qu’il autorise l’envoi de chars à l’Ukraine. Une pression qui a redoublé après l’annonce de l’Elysée, le 4 janvier, de l’envoi de chars légers AMX-10 RC. Cet envoi de blindés offensifs, de conception occidentale, a constitué une première depuis le début de l’opération russe. Dans la foulée de cette annonce française, Politico avait avancé que Paris ferait pression, aux côtés de Varsovie, sur Berlin pour livrer à Kiev les fameux Leopard 2.