L’école algérienne à la traîne

Le pari d’alléger le cartable à une semaine de la rentrée paraît impossible. Selon des sources proches du dossier, ce problème
du cartable est impossible à solutionner, étant donné qu’il y a énormément de bénéfices derrière la confection du livre scolaire.

Encore une fois, la question du poids du cartable revient en force dans l’actualité éducative. La numérisation du livre scolaire, qui pourrait mettre fin à ce problème, semble loin d’être réalisée.

En effet, à quelques jours de la rentrée scolaire 2021-2022, le problème du poids du cartable refait surface. Nouveauté cette année, il a été à l’ordre du jour du dernier Conseil des ministres tenu ce dimanche.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a donné des instructions afin de trouver rapidement des solutions à ce problème aussi vieux que l’école algérienne.

Dans le communiqué de la Présidence, il est mentionné que les pouvoirs publics, dont le département de Abdelhakim Belabed, ministre de l’Education nationale, sont instruits de trouver des solutions immédiates à la souffrance des élèves due au poids du cartable.

L’article L’école algérienne à la traîne est apparu en premier sur El Watan.