« Le Maroc, pionnier en Afrique dans le domaine des droits de l’Homme »

Sarah Motha, activiste sud-africaine Le Maroc est un pays pionnier en Afrique dans le domaine des droits de l’Homme, notamment grâce aux réformes initiées durant les deux dernières décennies, a indiqué samedi à Johannesburg l’activiste sud-africaine des droits de l’Homme, Sarah Motha. «Parmi ces réformes figurent l’adoption de la Constitution de 2011, l’introduction du nouveau... L’article « Le Maroc, pionnier en Afrique dans le domaine des droits de l’Homme » est apparu en premier sur ALBAYANE.

Jan 23, 2023 - 19:06
 0
« Le Maroc, pionnier en Afrique dans le domaine des droits de l’Homme »

Sarah Motha, activiste sud-africaine

Le Maroc est un pays pionnier en Afrique dans le domaine des droits de l’Homme, notamment grâce aux réformes initiées durant les deux dernières décennies, a indiqué samedi à Johannesburg l’activiste sud-africaine des droits de l’Homme, Sarah Motha.

«Parmi ces réformes figurent l’adoption de la Constitution de 2011, l’introduction du nouveau Code de la famille et la création de l’Instance équité et réconciliation (IER)», a déclaré Mme Motha, également ambassadrice du réseau mondial des écovillages-Afrique, lors d’un symposium sous le thème «Réalisations et réformes menées par le Royaume du Maroc durant les vingt-trois dernières années».
Il s’agit également de la mise en place de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), ainsi que la reconnaissance des droits civils des Marocains résidant à l’étranger, a-t-elle précisé, notant que «le Royaume est signataire des conventions internationales les plus progressistes en matière de promotion des droits de l’Homme».
Revenant sur l’apport de la nouvelle constitution du Royaume, Mme Motha a affirmé qu’elle consacre la primauté des droits de l’Homme, le renforcement du pouvoir judiciaire, l’égalité des sexes et l’importance du rôle joué par la société civile.
Concernant les droits culturels et linguistiques, a-t-elle poursuivi, le Maroc a mis en place en 2001 l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) afin de préserver et développer cette composante essentielle de l’identité marocaine.
En outre, la militante sud-africaine a rappelé que le Maroc a ratifié la plupart des instruments législatifs relatifs aux droits de l’Homme dès les années 1970, tels que la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la Convention relative aux droits économiques, sociaux et culturels, la Convention sur les droits civils et politiques et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.
Pour sa part, le secrétaire général de l’Union des communautés arabes en Afrique du Sud, Akram Alkhatib, a souligné que le Maroc a réalisé, sous le leadership éclairé de SM le Roi Mohammed VI, des progrès majeurs dans de nombreux domaines, ouvrant ainsi la voie aux autres pays africains.
«Le Royaume a connu durant les dernières années une forte impulsion économique grâce à l’adoption d’une politique d’ouverture qui favorise une plus grande intégration dans l’économie mondiale », a-t-il fait observer.

Par ailleurs, M. Alkhatib a signalé que la coopération Sud-Sud est un axe majeur de la politique extérieure du Royaume, n’épargnant aucun effort dans la promotion de la solidarité et la coopération avec les pays africains.
De son côté, Mme Fatima Cheikh, membre de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains, a indiqué que le Maroc s’est activement engagé dans la promotion de la diplomatie spirituelle dans toute l’Afrique.
«La fondation travaille avec des chefs religieux à travers le continent pour promouvoir le dialogue interreligieux, les échanges culturels, la diplomatie œcuménique et les initiatives d’aide humanitaire à travers le continent», a-t-elle expliqué.
Elle a relevé également que le Maroc organise régulièrement des conférences sur des sujets portant sur la tolérance religieuse, les droits de l’Homme, la démocratie et le développement économique en Afrique.
Quant à M. Othmane Mouane, Chercheur à l’Université du Witwatersrand de Johannesburg, il est revenu sur les efforts déployés par le Maroc en matière de promotion des énergies renouvelables, aussi bien en interne qu’au niveau du continent.
Insistant sur le rôle important du secteur des énergies propres pour répondre aux impératifs de la croissance économique et de développement industriel, M. Mouane a signalé que le Royaume ne cesse de partager son expertise dans ce domaine avec les autres pays africains.
De même, le chercheur a affirmé que grâce à sa Stratégie énergétique 2010-2030 , le Maroc réduit sa dépendance vis-à-vis des importations des énergies fossiles, contribue à la protection de l’environnement et favorise la création d’emplois dans des secteurs de pointe.
Cette manifestation a été organisée par l’Union des Communautés Arabe en Afrique du Sud, en partenariat avec l’Association des Marocains de l’Afrique du Sud, la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger et le Forum de la Diaspora Africaine.

L’article « Le Maroc, pionnier en Afrique dans le domaine des droits de l’Homme » est apparu en premier sur ALBAYANE.