Le groupe allemand “Merck” de biotechnologie s’intéresse à la Tunisie

Le groupe allemand des biotechnologies Merck est intéressé par un partenariat public-privé pour le développement de la recherche et l’innovation technologique dans les industries de médicaments et de vaccins. C’est Frank Stangenberg-Haverkamp, le président du conseil d’administration dudit groupe, qui l’a souligné, mercredi 28 septembre à Tunis. Lors d’un entretien avec le le ministre tunisien […]

Le groupe allemand “Merck” de biotechnologie s’intéresse à la Tunisie

Le groupe allemand des biotechnologies Merck est intéressé par un partenariat public-privé pour le développement de la recherche et l’innovation technologique dans les industries de médicaments et de vaccins. C’est Frank Stangenberg-Haverkamp, le président du conseil d’administration dudit groupe, qui l’a souligné, mercredi 28 septembre à Tunis.

Lors d’un entretien avec le le ministre tunisien de l’Economie et de la Planification, Samir Saïed, le responsable allemand a indiqué que la Tunisie dispose de plusieurs avantages incitatifs, tels que l’expertise, la compétence des ressources humaines, et le développement logistique et institutionnel, tant dans le secteur privé que public.

“Ces avantages constituent un terrain favorable pour la création d’un partenariat fructueux au service de la Tunisie et des pays africains”, a-t-il dit, cité dans un communiqué du ministère de l’Economie.

Il a souligné la disposition de plusieurs établissements financier, régionaux et internationaux à faire réussir cette démarche et ce partenariat prometteur.

Quant à Samir Saïed, il a déclaré que soutenir le développement des industrie des médicaments, de la recherche et de l’innovation est une priorité du gouvernement, dans le cadre des programmes et politiques sectoriels de l’investissement.

Les départements de l’Industrie et de la Santé et toutes les structures concernées sont disposés à accompagner toute initiative de partenariat avec le groupe allemand Merck, à court et à moyen termes.

L’objectif est, d’après lui, d’établir un point de relais et de jonction entre les pays africains, dont les besoins en médicaments, vaccins et services sanitaires sont en constante croissance.