La nationale 11, une voie et des splendeurs

En traversant la route nationale numéro 11, notamment la bordure côtière qui va de la ville de Ténès jusqu’à Damous, c’est tout un déchaînement de splendeur et de beauté toute marine qui s’offre à nous. L’enchantement trouve son mystère dans l’éblouissement de la vue des célèbres grottes de  Sidi Merouane. Une magnificence de paysage digne […] L’article La nationale 11, une voie et des splendeurs est apparu en premier sur El Watan.

La nationale 11, une voie et des splendeurs

En traversant la route nationale numéro 11, notamment la bordure côtière qui va de la ville de Ténès jusqu’à Damous, c’est tout un déchaînement de splendeur et de beauté toute marine qui s’offre à nous. L’enchantement trouve son mystère dans l’éblouissement de la vue des célèbres grottes de  Sidi Merouane. Une magnificence de paysage digne des scènes de L’Iliade de Homère.

Un autre lieu sacré levé à l’honneur d’un saint patron de la mer du nom de Sidi Merouane et c’est avant tout un site préhistorique appelé également la cale génoise, un gisement dont les fouilles remontent à 1933, des cavités rocheuses portées par des falaises décapés dans le calcaire (fouilles de la cale génoise de H. Marchand. Édition Persée.fr.) Dans des labyrinthes aquatiques, les adeptes du canoë kayak ou du paddle pourront à leur tour apprécier ces bons coins d’Algérie et redécouvrirons à leur tour ces lieux millénaires chargés d’histoire.

Sidi Merouane, un plongeon dans la Préhistoire

Ce site naturel et ses fonds marins gagneraient à être protégés et sécurisés à travers l’élancement d’autres fouilles archéologiques et ce afin de déterrer des trésors des profondeurs de Sidi Merouane.  Nous entamons un autre circuit vers Oued Goussime, une municipalité qu’on décharge de son appellation ancienne Taourirt qui se réfère à l’oronymie ou le relief montagneux et on lui attribue un autre nom relatif aux généalogies maraboutiques, à savoir les Gouasmia très présents dans la vallée du Chélif.

Un autre lieu d’enchantement qui a scotché l’intérêt des amateurs d’Instagram, c’est le site des cascades de Traghnia. Traghnia, un mot construit à base de consonnes et de syllabes obéissant à une sonorité toute onomatopéique mimant le jet d’eau. Le sympathique coin est un véritable lieu de villégiature où l’eau limpide se déverse dans les eaux des rivages de Boucheghal qui figure parmi les belles plages de toute la côte ouest.

L’article La nationale 11, une voie et des splendeurs est apparu en premier sur El Watan.