La moitié des entreprises font face à des retards de paiement supérieur à trois mois

Les délais de paiement contractuels au Maroc restent longs, atteignant, en moyenne, 79 jours. C’est la principale conclusion de la nouvelle enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc. Au cours du deuxième trimestre de l’année 2021, Coface, une Compagnie Française d'Assurance pour le Commerce Extérieur, a conduit sa cinquième enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc, menée auprès de 380 entreprises. Objectif : suivre l’évolution des délais et des retards de paiement. Le comportement de paiement reflète à la fois l’évolution de la conjoncture économique et de l’environnement des affaires. Bien que toujours élevés, les délais de paiement enregistrent une nette amélioration, se raccourcissant d’environ 14 jours par rapport à notre enquête conduite début 2019, précise l’étude. Les retards de paiement restent cependant très répandus, puisque près de la moitié de son échantillon indique en avoir connu excédant trois mois au cours du dernier semestre, ajoute la même source. L’étude révèle aussi que près de la moitié des entreprises semblent s’attendre, en 2021, à ce que les délais de paiement restent stables et plus du tiers à ce qu’ils augmentent. « Nos répondants estiment, sans doute, que l’amélioration de la conjoncture ne se traduira pas par une diminution des délais, du fait d’un manque de visibilité sur l’évolution de la pandémie, ainsi que sur la fin de l’état d’urgence (prévu au 31 janvier 2022) », soulignent les économistes de Coface. La longueur persistante des délais de paiement suggère que, faute de textes d’application sur les indemnités pour retard, la loi sur les délais de paiement peine à être mise en œuvre. Toutefois, l’enquête montre une nette amélioration en ce qui concerne délais de paiement, par rapport à 2019.

La moitié des entreprises font face à des retards de paiement supérieur à trois mois
Les délais de paiement contractuels au Maroc restent longs, atteignant, en moyenne, 79 jours. C’est la principale conclusion de la nouvelle enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc.
La moitié des entreprises font face à des retards de paiement supérieur à trois mois
Au cours du deuxième trimestre de l’année 2021, Coface, une Compagnie Française d'Assurance pour le Commerce Extérieur, a conduit sa cinquième enquête sur le comportement de paiement des entreprises au Maroc, menée auprès de 380 entreprises. Objectif : suivre l’évolution des délais et des retards de paiement. Le comportement de paiement reflète à la fois l’évolution de la conjoncture économique et de l’environnement des affaires.
Bien que toujours élevés, les délais de paiement enregistrent une nette amélioration, se raccourcissant d’environ 14 jours par rapport à notre enquête conduite début 2019, précise l’étude. Les retards de paiement restent cependant très répandus, puisque près de la moitié de son échantillon indique en avoir connu excédant trois mois au cours du dernier semestre, ajoute la même source.
L’étude révèle aussi que près de la moitié des entreprises semblent s’attendre, en 2021, à ce que les délais de paiement restent stables et plus du tiers à ce qu’ils augmentent. « Nos répondants estiment, sans doute, que l’amélioration de la conjoncture ne se traduira pas par une diminution des délais, du fait d’un manque de visibilité sur l’évolution de la pandémie, ainsi que sur la fin de l’état d’urgence (prévu au 31 janvier 2022) », soulignent les économistes de Coface.
La longueur persistante des délais de paiement suggère que, faute de textes d’application sur les indemnités pour retard, la loi sur les délais de paiement peine à être mise en œuvre. Toutefois, l’enquête montre une nette amélioration en ce qui concerne délais de paiement, par rapport à 2019.