Hayar : Le volontariat au Maroc, levier de développement sociétal

Le volontariat au Maroc a connu un saut qualitatif après la Constitution de 2011 dont les dispositions ont prévu la démocratie participative et accordé de nouveaux rôles à la société civile, ce qui lui a permis d'occuper une place distinguée, a affirmé, lundi à Casablanca, la ministre de la Solidarité, de l'Insertion sociale et de la Famille, Aawatif Hayar.   Intervenant à l'ouverture du 1er Forum Maroc-Pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) des gouvernements et organisations de la société civile sous le thème "Volontariat, un levier pour l'autonomisation de la femme", organisé par le conseil de coopération du Golfe et le centre marocain de volontariat et de citoyenneté, Mme Hayar a souligné que la Constitution de 2011 a prévu, sur le volet du volontariat, la démocratie participative, basée sur l'association des citoyens en tant que mécanisme complétant la démocratie représentative tout en ouvrant la voie aux organisations de la société civile pour accomplir de nouveaux rôles, ce qui leur a permis d'occuper une place distinguée en tant que levier de développement sociétal sur les différents plans économique, social, culturel et environnemental.   A cet égard, la ministre a ajouté que le gouvernement a fixé dans sa stratégie nombre de préludes majeures pour valoriser l'action associative au Maroc et ce, à travers le renforcement du partenariat entre l'Etat et les associations, la consolidation des ressources financières mises à leur disposition, le soutien des ressources humaines, outre l'action visant à améliorer les textes juridiques et organisationnels y afférents.   Et de poursuivre que dans le cadre de ce processus où le concept du volontariat revêt désormais une importance capitale pour la société marocaine, il y avait besoin d'un cadre juridique régulant l'action du volontariat et permettant de tirer profit des opportunités et possibilités offertes par le volontariat pour parvenir au développement durable et renforcer la participation agissante des citoyens qui disposent de la volonté sincère pour mettre leurs moyens financiers, expériences et expertises au service de leur société, voire au service de l'humanité toute entière.   Dans ce sens, Mme Hayar a fait savoir qu'en 2021, il a été procédé à la publication de la loi n° 06.18 réglementant le volontariat contractuel au Maroc qui fixe les modalités et règles d'exercice de cette action à l'intérieur du Maroc et l'extérieur, notant que les dispositions de cette loi ont fixé les conditions d'exercice, les droits et obligations des bénévoles contractuels, les parties en charge de la réglementation et les mesures de suivi et de contrôle.   Selon la ministre, cette loi stipule la nécessité de mettre à la disposition des bénévoles tous les moyens, ressources et informations requis pour accomplir leurs missions, outre de les faire bénéficier de la protection sociale, notant que ce texte a mis l'accent sur la nécessité de délivrer aux bénévoles des certificats décrivant la nature de l'action accomplie et sa durée, ainsi que la qualification et l'expertise acquis.   Le volontariat sous sa forme actuelle offre des opportunités pour résoudre le problème de chômage notamment parmi les jeunes et femmes dans la mesure où il leur offre une occasion de développer leurs capacités et compétences et de renforcer leur aptitude pour l'emploi, a indiqué Mme Hayar, notant qu'en dépit du développement qu'a connu le volontariat, l'adhésion des femmes à cette action demeure limitée pour de multiples raisons notamment le système de valeur encadrant certaines sociétés arabes qui limite le rôle des femmes, outre nombre de contraintes se dressant devant les sociétés arabes liées notamment aux domaines économique et éducatif, ce qui freine les aspirations de la femme arabe à exercer le volontariat.   Par ailleurs, la ministre a souligné que ce forum vise à renforcer le partenariat stratégique entre le Maroc et les pays du conseil de coopération du golfe à travers la consolidation des relations de coopération et de solidarité entre les organisations de la société civile notamment dans les domaines d'autonomisation des femmes, la consécration des valeurs de solidarité et d'entraide et le développement et la qualification du volontariat dans les pays participants, ainsi que le partage des bonnes pratiques et expériences réussies entre les pays participants et l'échange d'idées, ce qui traduit le rapprochement et les liens de fraternités entre les pays participants.   Pour sa part, le directeur des affaires sociales au conseil de la coopération du golfe, Said Ben Ali Al Rachdi a mis en avant l'intérêt particulier accordé par les décideurs du conseil de coopération du Golfe et du Maroc à la coopération constructive entre les deux parties, ajoutant que cet intérêt se traduit par les efforts visant à renforcer les liens de coopération et de coordination entre le Maroc et les pays du conseil de coopération d

Jan 23, 2023 - 21:51
 0
Hayar : Le volontariat au Maroc, levier de développement sociétal
Le volontariat au Maroc a connu un saut qualitatif après la Constitution de 2011 dont les dispositions ont prévu la démocratie participative et accordé de nouveaux rôles à la société civile, ce qui lui a permis d'occuper une place distinguée, a affirmé, lundi à Casablanca, la ministre de la Solidarité, de l'Insertion sociale et de la Famille, Aawatif Hayar.
Hayar : Le volontariat au Maroc, levier de développement sociétal
 
Intervenant à l'ouverture du 1er Forum Maroc-Pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) des gouvernements et organisations de la société civile sous le thème "Volontariat, un levier pour l'autonomisation de la femme", organisé par le conseil de coopération du Golfe et le centre marocain de volontariat et de citoyenneté, Mme Hayar a souligné que la Constitution de 2011 a prévu, sur le volet du volontariat, la démocratie participative, basée sur l'association des citoyens en tant que mécanisme complétant la démocratie représentative tout en ouvrant la voie aux organisations de la société civile pour accomplir de nouveaux rôles, ce qui leur a permis d'occuper une place distinguée en tant que levier de développement sociétal sur les différents plans économique, social, culturel et environnemental.
 
A cet égard, la ministre a ajouté que le gouvernement a fixé dans sa stratégie nombre de préludes majeures pour valoriser l'action associative au Maroc et ce, à travers le renforcement du partenariat entre l'Etat et les associations, la consolidation des ressources financières mises à leur disposition, le soutien des ressources humaines, outre l'action visant à améliorer les textes juridiques et organisationnels y afférents.
 
Et de poursuivre que dans le cadre de ce processus où le concept du volontariat revêt désormais une importance capitale pour la société marocaine, il y avait besoin d'un cadre juridique régulant l'action du volontariat et permettant de tirer profit des opportunités et possibilités offertes par le volontariat pour parvenir au développement durable et renforcer la participation agissante des citoyens qui disposent de la volonté sincère pour mettre leurs moyens financiers, expériences et expertises au service de leur société, voire au service de l'humanité toute entière.
 
Dans ce sens, Mme Hayar a fait savoir qu'en 2021, il a été procédé à la publication de la loi n° 06.18 réglementant le volontariat contractuel au Maroc qui fixe les modalités et règles d'exercice de cette action à l'intérieur du Maroc et l'extérieur, notant que les dispositions de cette loi ont fixé les conditions d'exercice, les droits et obligations des bénévoles contractuels, les parties en charge de la réglementation et les mesures de suivi et de contrôle.
 
Selon la ministre, cette loi stipule la nécessité de mettre à la disposition des bénévoles tous les moyens, ressources et informations requis pour accomplir leurs missions, outre de les faire bénéficier de la protection sociale, notant que ce texte a mis l'accent sur la nécessité de délivrer aux bénévoles des certificats décrivant la nature de l'action accomplie et sa durée, ainsi que la qualification et l'expertise acquis.
 
Le volontariat sous sa forme actuelle offre des opportunités pour résoudre le problème de chômage notamment parmi les jeunes et femmes dans la mesure où il leur offre une occasion de développer leurs capacités et compétences et de renforcer leur aptitude pour l'emploi, a indiqué Mme Hayar, notant qu'en dépit du développement qu'a connu le volontariat, l'adhésion des femmes à cette action demeure limitée pour de multiples raisons notamment le système de valeur encadrant certaines sociétés arabes qui limite le rôle des femmes, outre nombre de contraintes se dressant devant les sociétés arabes liées notamment aux domaines économique et éducatif, ce qui freine les aspirations de la femme arabe à exercer le volontariat.
 
Par ailleurs, la ministre a souligné que ce forum vise à renforcer le partenariat stratégique entre le Maroc et les pays du conseil de coopération du golfe à travers la consolidation des relations de coopération et de solidarité entre les organisations de la société civile notamment dans les domaines d'autonomisation des femmes, la consécration des valeurs de solidarité et d'entraide et le développement et la qualification du volontariat dans les pays participants, ainsi que le partage des bonnes pratiques et expériences réussies entre les pays participants et l'échange d'idées, ce qui traduit le rapprochement et les liens de fraternités entre les pays participants.
 
Pour sa part, le directeur des affaires sociales au conseil de la coopération du golfe, Said Ben Ali Al Rachdi a mis en avant l'intérêt particulier accordé par les décideurs du conseil de coopération du Golfe et du Maroc à la coopération constructive entre les deux parties, ajoutant que cet intérêt se traduit par les efforts visant à renforcer les liens de coopération et de coordination entre le Maroc et les pays du conseil de coopération du golfe.