Grâce à la DGST, l'Espagne et l'Autriche arrêtent deux terroristes

Grâce à une collaboration étroite de la Direction générale de la Surveillance du territoire (DGST) du Maroc, deux terroristes de retour de Syrie ayant une formation militaire et une expérience du combat et appartenant à une organisation terroriste, ont été arrêtés à Mataro (Barcelone) et en Autriche, se félicite le ministère espagnol de l’Intérieur. ‘’Des agents de la police nationale espagnole ont mené une opération antiterroriste qui a abouti à l’arrestation de deux combattants terroristes étrangers’’, indique le ministère espagnol de l’Intérieur dans un communiqué, précisant que les deux détenus étaient entrés ensemble clandestinement en Europe par la « route des Balkans » et ont été arrêtés pour appartenance présumée à une organisation terroriste. Selon la même source, le premier d’entre eux a été arrêté en Autriche, grâce à un mandat d’arrêt européen (MAE) émis par l’Audience nationale, dans le cadre d’une enquête menée par le Commissariat général de renseignement, alors que le second a été arrêté à Mataró (Barcelone), où il était arrivé il y a quelques jours. Les deux personnes faisant l’objet de l’enquête ont réussi à entrer en Europe il y a deux mois en empruntant la route dite des Balkans, qui les a fait passer par la Turquie, la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie et l’Autriche. Le second combattant a poursuivi son voyage vers l’Espagne où il a été arrêté par des agents spécialisés dans la lutte contre le terrorisme. Et de détailler : "l’enquête a commencé au début de l’année lorsque le Commissariat général de renseignement a obtenu des informations selon lesquelles deux combattants terroristes étrangers, liées à l’Espagne et de nationalité marocaine, projetaient d’entrer en Europe". Cette opération a été menée en coordination avec le centre national de renseignement espagnol (CNI) et avec l’étroite collaboration de la DGST du Maroc, du FBI, de l’agence autrichienne de sécurité et de renseignement (DSN) et des autorités policières allemandes et EUROPOL, conclut le communiqué.

Grâce à la DGST, l'Espagne et l'Autriche arrêtent deux terroristes
Grâce à une collaboration étroite de la Direction générale de la Surveillance du territoire (DGST) du Maroc, deux terroristes de retour de Syrie ayant une formation militaire et une expérience du combat et appartenant à une organisation terroriste, ont été arrêtés à Mataro (Barcelone) et en Autriche, se félicite le ministère espagnol de l’Intérieur.
Grâce à la DGST, l'Espagne et l'Autriche arrêtent deux terroristes
‘’Des agents de la police nationale espagnole ont mené une opération antiterroriste qui a abouti à l’arrestation de deux combattants terroristes étrangers’’, indique le ministère espagnol de l’Intérieur dans un communiqué, précisant que les deux détenus étaient entrés ensemble clandestinement en Europe par la « route des Balkans » et ont été arrêtés pour appartenance présumée à une organisation terroriste.

Selon la même source, le premier d’entre eux a été arrêté en Autriche, grâce à un mandat d’arrêt européen (MAE) émis par l’Audience nationale, dans le cadre d’une enquête menée par le Commissariat général de renseignement, alors que le second a été arrêté à Mataró (Barcelone), où il était arrivé il y a quelques jours. Les deux personnes faisant l’objet de l’enquête ont réussi à entrer en Europe il y a deux mois en empruntant la route dite des Balkans, qui les a fait passer par la Turquie, la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie et l’Autriche. Le second combattant a poursuivi son voyage vers l’Espagne où il a été arrêté par des agents spécialisés dans la lutte contre le terrorisme.

Et de détailler : "l’enquête a commencé au début de l’année lorsque le Commissariat général de renseignement a obtenu des informations selon lesquelles deux combattants terroristes étrangers, liées à l’Espagne et de nationalité marocaine, projetaient d’entrer en Europe".

Cette opération a été menée en coordination avec le centre national de renseignement espagnol (CNI) et avec l’étroite collaboration de la DGST du Maroc, du FBI, de l’agence autrichienne de sécurité et de renseignement (DSN) et des autorités policières allemandes et EUROPOL, conclut le communiqué.