Fondation Hassan II pour les MRE : 900 plaintes reçues après le lancement de «Marhaba»

Ce sont plus de 900 plaintes qui ont été reçues par le centre d’accueil créé après le lancement de l’opération «Marhaba». Le chiffre est précisé, vendredi, par l’expert juridique en matière de MRE, Zakaria El Omari, lors d’un point de presse au siège de la Fondation Hassan II pour les MRE à Rabat. Tel qu’il ...

Fondation Hassan II pour les MRE : 900 plaintes reçues après le lancement  de «Marhaba»

Ce sont plus de 900 plaintes qui ont été reçues par le centre d’accueil créé après le lancement de l’opération «Marhaba». Le chiffre est précisé, vendredi, par l’expert juridique en matière de MRE, Zakaria El Omari, lors d’un point de presse au siège de la Fondation Hassan II pour les MRE à Rabat.

Tel qu’il le détaille, ces plaintes concernent «des doléances et demandes ayant trait à l’administration ou des demandes relatives au suivi du sort des dossiers soumis à la justice ou encore une consultation concernant des procédures à suivre ou des demandes visant à obtenir une consultation juridique». Dans ce sens, il donne l’exemple d’une personne qui veut accomplir une transaction et consulte à cet effet sur les procédures et précautions à prendre pour ne pas avoir de problèmes.

Un traitement souvent fructueux

A propos de la destinée de ces doléances, l’expert précise que la fondation accomplit le rôle de «médiateur». «Elle n’a pas d’autorité pour prendre des décisions. Donc elle adresse des correspondances aux parties concernées pour solliciter de trouver un règlement possible. Souvent l’intervention de la fondation est fructueuse et aboutit à un règlement de problèmes afin que les MRE obtiennent leurs droits garantis par la loi», avance-t-il. A propos du caractère énorme du nombre des plaintes, l’orateur donne plusieurs raisons. «Peut-être que les MRE font-ils confiance à la fondation en tant qu’établissement public créé par feu Hassan II pour aider les MRE à garantir leurs droits et la continuité de la relation fondamentale qui les lie à leur pays. Peut-être aussi que cette hausse résulte de leur arrivée après la période Covid qui ne leur a pas permis de venir au Maroc», ajoute-t-il. Pour lui, cette année rime avec une grande affluence au niveau des services de la fondation tout en dépassant le nombre des années passées.

Des investisseurs estimés à une centaine

Interrogé sur l’impact de la Covid sur les investissements des MRE, Nabil El Alami, cadre du pôle de la promotion économique à la fondation, estime que cet effet est certain. «Mais, au sein de la fondation, nous avons senti ces dernières années surtout dans la période «Marhaba» qu’il y a à peu près une centaine de personnes qui se sont manifestées soit pour investir au Maroc, soit pour essayer de régler les problèmes liés à l’investissement», explicite-t-il en énumérant leurs pays de provenance, soit de partout. Il s’agit de la France, Belgique et Hollande entre autres. «C’est un arsenal de nationalités qui vient à la fondation. Aussi Marhaba 2022 se veut de mieux servir les MRE et répondre à leurs doléances», enchaîne-t-il en rappelant que la fondation a invité les administrations qui œuvrent pour les MRE et qui travaillent sur la question de l’économie et de l’investissement, à savoir la direction des Impôts, celle de la Conservation foncière et du cadastre ainsi que celle des Douanes. Par la même occasion, il rappelle le travail de toutes les instances ministérielles dont la fondation pour attirer les MRE et leurs investissements. «Nous mettons en place une structure, soit ce pôle qui assure l’accompagnement des investisseurs MRE», clarifie-t-il. Les trois grandes missions de ce pôle consistent à traiter les requêtes des MRE, assurer un suivi auprès des instances ministérielles concernées, voire accueillir des MRE pour être près de leurs problèmes et mieux réagir ainsi que les informer du climat économique national.

200 projets soutenus par an

Fouad Benmakhlouf, directeur du pôle coopération et partenariat à la Fondation Hassan II pour les MRE

De son côté, Fouad Benmakhlouf, directeur du pôle coopération et partenariat à la Fondation Hassan II pour les MRE, détaille les activités de cette structure. «Ce pôle a été créé en 2000 et structuré en 2002. Il développe la coopération avec les pouvoirs publics, les organismes nationaux et internationaux», indique-t-il. C’est un pôle qui, tel qu’il le révèle, développe également la coopération avec les institutions de recherche sur la question de migration en général et marocaine en particulier.

«Chaque année nous recevons entre 150 et 200 projets que la Fondation soutient», énumère-t-il. Quant aux projets, ils sont à caractère social, culturel et sportif au profit des MRE. De plus, les actions menées sont en faveur des personnes âgées, des sportifs marocains à l’étranger, ainsi que de la femme marocaine à l’étranger qui représente aujourd’hui environ 50% de la migration marocaine. Des actions également sont destinées aux jeunes particulièrement ceux en situation de difficulté dans un certain nombre de pays comme la Belgique, les Pays-Bas et l’Espagne.

«Ce sont des activités qui nous permettent chaque année de faire une évaluation de la question de la migration marocaine», conclut-il.