Dakhla-Oued Eddahab: Une région en pleine métamorphose

Trait d’union entre l’Afrique et l’Europe, la ville de Dakhla est aujourd’hui l’une des régions les plus dynamiques du Royaume et l’une des destinations les plus en vogue. Celle-ci s’efforce aujourd’hui par tous les moyens de se positionner en tant que hub ouvert sur l’Ouest africain grâce à des projets structurants et qui s’inscrivent dans ...

Dakhla-Oued Eddahab: Une région en pleine métamorphose

Trait d’union entre l’Afrique et l’Europe, la ville de Dakhla est aujourd’hui l’une des régions les plus dynamiques du Royaume et l’une des destinations les plus en vogue.

Celle-ci s’efforce aujourd’hui par tous les moyens de se positionner en tant que hub ouvert sur l’Ouest africain grâce à des projets structurants et qui s’inscrivent dans le nouveau modèle de développement des provinces du Sud, lancé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte. Ce programme qui avance à un rythme soutenu est en train de métamorphoser la ville de Dakhla tout en ouvrant l’appétit des investisseurs marocains et étrangers, notamment de plus en plus attirés par l’économie bleue, le tourisme, l’agriculture, la logistique, et les énergies renouvelables. Dans ce sens, le Port Dakhla Atlantique est l’un des chantiers les plus stratégiques pour la région de Dakhla et qui devra contribuer dans le rayonnement des provinces du Sud du Royaume.

Véritable complexe portuaire qui mobilise un investissement total de 12,5 milliards de DH, ce projet est aujourd’hui en cours de réalisation et les premiers travaux ont été officiellement lancés le mois de juin dernier par le groupement marocain SGTM-Somagec Sud. Celui-ci prévoit la réalisation d’un port en eaux profondes sur la façade atlantique de la Région de Dakhla-Oued Eddahab, selon trois composantes, à savoir un port de commerce à une profondeur de -16 m/zéro hydrographique, un port dédié à la pêche côtière et hauturière, et un port dédié à l’industrie navale. Situé à 40 km au nord de la ville de Dakhla, ce port sera adossé à une zone industrialo-logistique de 1.650 hectares destinée à offrir des services industriels et logistiques de qualité. Le projet de la voie express Tiznit-Dakhla est l’un des chantiers titanesques en cours de mise en oeuvre dans la région, et qui vise à doter les provinces du Sud d’un axe routier aux normes internationales et d’un haut degré de sécurité.

En effet, les travaux de renforcement et d’élargissement de la route nationale N1 à 9 mètres entre Laâyoune et Dakhla ont été réalisés à 100%. Par ailleurs, et pour accompagner l’essor considérable que connaît le secteur agricole au niveau de cette région et anticiper ses besoins futurs en eau potable, Dakhla sera dotée d’une station de dessalement permettant d’irriguer près de 5.000 hectares de terre agricole et la distribution de l’eau potable pour la ville de Dakhla et sa région, Bir Anzarane et le nouveau port de Dakhla Atlantique. Les travaux de construction démarreront très prochainement. Ainsi, il est prévu un délai de 30 mois pour la réalisation de ces deux projets et de 24 mois pour celui de l’irrigation. Dakhla est connue aussi pour son potentiel touristique mondialement renommé.

Ce secteur a affiché une forte croissance au cours des dernières années. La ville abrite 43 hôtels totalisant 1.825 lits. La capacité projetée de 6.000 lits d’ici la fin de 2023 serait le résultat de 22 nouveaux projets en construction dans la ville. L’aquaculture figure aussi parmi les secteurs les plus attractifs à Dakhla avec une superficie de plus de 6.000 ha identifiée pour le développement de l’aquaculture dans la région et qui vise à atteindre une production annuelle de 115.000 t, permettant la création de plus de 3.300 emplois directs. A ce jour, 214 projets aquacoles sont en cours d’installation dans la région, mobilisant un investissement de 811 millions de DH, pour une production totale de 78.000 t, avec la création de 2.507 emplois. Les énergies renouvelables ne sont pas en reste, Dakhla connaîtra la réalisation d’un parc éolien de 900 MW sur plus de 10.000 hectares, et ce, avec une ferme de centres de données modulaires colocalisés.