Cherchell. Une infrastructure affectée à la culture : Détournée par l’ex-wali

L’ex-ministre de la Culture, Khalida Toumi avait donné son accord, pour encourager les activités culturelles dans cette partie de la wilaya de Tipasa. Étrangement, il n’y a eu aucune accélération du processus d’affectation de ce bien de l’Etat, une infrastructure qui était exploitée par l’ex-Cassap de Cherchell. A la suite de la visite de l’ex-wali […] L’article Cherchell. Une infrastructure affectée à la culture : Détournée par l’ex-wali est apparu en premier sur El Watan.

Cherchell. Une infrastructure affectée à la culture : Détournée par l’ex-wali

L’ex-ministre de la Culture, Khalida Toumi avait donné son accord, pour encourager les activités culturelles dans cette partie de la wilaya de Tipasa.

Étrangement, il n’y a eu aucune accélération du processus d’affectation de ce bien de l’Etat, une infrastructure qui était exploitée par l’ex-Cassap de Cherchell.

A la suite de la visite de l’ex-wali de Tipasa, Ghellaï Moussa, afin de trouver une solution intolérable dans lequel se trouve ce hangar, le chef de l’exécutif de la wilaya décide de saisir le département ministériel de Azzedine Mihoubi pour l’informer qu’il sera affecté au secteur de la jeunesse et des sports, afin de faire bénéficier les jeunes filles et garçons de la pratique des sports collectifs (voir PV de la visite de travail du wali en date du 02 février 2017).

Amorphes

Les décideurs locaux sont devenus amorphes. Aucune affectation pour le secteur de la culture, ni pour celui des sports, n’a été décidée. Le 28 février 2019, après le début du hirak, l’ex-wali de Tipasa, Bouchema Mohamed a confirmé son accord par écrit le «28 février 2019», selon l’acte portant la référence 92, décidé lors de la réunion de sa commission tenue le 05 février 2019, au profit d’un «pseudo-investisseur», âgé de 37 ans, pour transformer ce hangar en centre commercial urbain au milieu de moult petits commerces. L’omerta. Celui-ci dispose déjà de terres agricoles au niveau de certaines communes situées à l’Est du chef-lieu de la wilaya, selon les actes administratifs de 2014.

Détenteur déjà du monopole de la commercialisation des engrais, cela lui avait permis d’encaisser des milliards de centimes annuellement versés par l’Etat en guise de soutien et compensation. Ayant bénéficié d’une cave agricole à Chenoua-Plage (Tipasa), le «chanceux» a transformé cette ancienne cave en un hôtel «haut standing». Les éléments des services de sécurité de la wilaya avaient mené leurs investigations sur ces «affectations opaques» au profit du jeune S.A. En vain.

Complicités

Par enchantement, les procédures et le traitement des dossiers administratifs ont tous fonctionné pour «cet investisseur», grâce à ses fonctionnaires complices de la wilaya et au diktat du pouvoir de l’argent. Quand il s’agit de traiter et de concrétiser les décisions d’affectation de cette infrastructure, un bien de l’Etat, au profit du secteur de la Culture ou de celui de la jeunesse et des sports, c’est le black-out. Les institutions de l’Etat ferment les yeux sur cette manière de gérer les affaires publiques locales.

En outre, la décision de construire une bibliothèque aux normes de l’Unesco à Cherchell a été jetée aux oubliettes. Cherchell, au lendemain de l’Indépendance, autrefois ville culturelle, historique et touristique, disposait des infrastructures qui abritaient les activités culturelles (cinéma, théâtre, musique) et touristiques. Elle est à présent, malheureusement, dépourvue de ces lieux éducatifs.

L’article Cherchell. Une infrastructure affectée à la culture : Détournée par l’ex-wali est apparu en premier sur El Watan.